La conférence de ce jour est délivrée par notre visiteur assidu Claude BOISSADY et a pour thème : Les origines de l'Univers

horizontal rule

Pour la première fois, le Secrétaire doit avouer que sans les notes de notre ami Claude, il n'aurait pu rédiger un compte rendu cohérent, malgré une qualité de discours aussi rarement pédagogique. Je le remercie de son aide. 

Il n'est pas de civilisation qui n'ait, avec les moyens dont elle disposait, cherché une réponse à la question des origines de l'univers tel qu'il apparaissait.

Dans ce domaine de recherche, il y a deux études possibles : l'infiniment petit, et l'infiniment grand. L'une des raisons pour se concentrer sur l'étude des extrêmes est que l'on espère y trouver quelques interactions qualifiées et fondamentales.

La physique corpusculaire considère qu'il doit exister des constituants ultimes et indivisibles de la matière qui, assemblés de diverses manières, forment l'infinie variété de tous les objets qui nous entourent. Des particules de plus en plus petites sont obtenues par collision dans des accélérateurs et aujourd'hui on peut explorer la matière jusqu'à l'échelle de 10-17 . Mais les théories quantiques donnent une dimension minimale de 10-33 qui nécessite un accélérateur qui aurait un diamètre supérieur à celui de la terre, ce qui est actuellement irréalisable et trop onéreux.

On pense donc que l'univers est un meilleur observatoire, d'où l'idée de passer à l'infiniment grand, car plus on voit loin dans l'espace et plus on remonte dans le temps. Pour cela, on utilise des télescopes mis en orbite par des navettes spatiales.

Aujourd'hui la solution la plus communément admise est celle du Big Bang (qui laisse encore quelques questions en suspens et non des moindres) qui prédit qu'à un certain stade, les galaxies devraient être agglomérées en une seule masse énorme continue (environ 300.000 ans après l'explosion) et qu'il n'est pas possible de voir au-delà. Mais à partir des observations, il est possible d'établir des équations (relativité générale) qui permettent de décrire le phénomène et d'extrapoler sur les origines.

Une hypothèse marginale considère l'Univers comme éternel et immuable (sans début ni fin) . 

bullet Certains astrophysiciens pensent que notre univers ne serait qu'une bulle parmi d'autres " Univers-bulles ".
bulletD'autres pensent que la nature a une préférence pour la matière et, à partir du paradoxe de Schrödinger, certains imaginent qu'il existe autant d'Univers parallèles qu'il y a de possibilité de présence d'une même particule en des lieux distincts.

De nouveau, notre conférencier Claude nous a tenu en haleine, et la bousculade de questions l'a obligé à manger froid son plat, sans pour autant avoir pu répondre à toutes les demandes, tant le sujet se prêtait à vouloir en savoir plus.

Un immense merci à Claude.

horizontal rule